DOULEUR À L'ÉPAULE

L'épaule : une articulation du corps humain très souvent blessée!


Les douleurs à l'épaule peuvent être de causes multiples.

En effet, il peut s'agir d'un problème au niveau d'un tendon, d'une articulation, d'un muscle, d'un ligament ou d'un nerf. Votre chiropraticien est apte à diagnostiquer et à traiter l'épaule dans son ensemble.

Vous pouvez parcourir la bande défilante de la page afin d'en apprendre plus sur différentes conditions de l'épaule.


Super équipé pour mieux vous aider !

Nos équipements :

Thérapie manuelle
LASER
Ultrason 
Courant interférentiel
Neurocryostimulation 
Thérapie par ondes de choc (shockwaves)
Radiographies numériques 




Voici quelques pathologies fréquentes touchant l'épaule :

SYNDROME D'ACCROCHAGE DE L'ÉPAULE

Le syndrome d’accrochage est une condition assez fréquente. Cette problématique porte son nom du fait qu’il y a un a frottement (accrochage) lors du passage d’un tendon au sein d’une zone anatomique bien précise, la voûte acromiale.

Certaines personnes sont plus à risque d’être aux prises avec cette condition. En effet, le fait d’effectuer beaucoup de mouvements avec le bras au-dessus de la tête augmente le risque. De plus, une variation anatomique peut, elle aussi, prédisposer à cette condition. Une partie de la scapula, communément dénommée "omoplate" peut avoir une forme de crochet à la place d’avoir une forme aplatie. Cette forme en crochet de l’acromion restreint davantage l’espace disponible pour le passage des tendons.

Les symptômes inclus notamment une sensation de frottement ou de blocage lorsque le bras se retrouve au-même niveau que les épaules ou encore plus haut.

Votre chiropraticien sera en mesure de vous évaluer et de vous prescrire les exercices nécessaires pour votre soulagement.



CAPSULITE ADHÉSIVE

Une capsulite adhésive consiste à une pathologie complexe de l’épaule. En effet, bien que la surutilisation soit suspectée comme un élément prédisposant, l’étiologie de cette condition demeure toujours inconnue. Le patient type aux prises avec cette pathologie est une femme dans la quarantaine. De façon générale, le bras non-dominant est plus souvent atteint que le bras dominant.

Votre chiropraticien saura vous aider à retrouver du mouvement.



LÉSION DE SLAP

Le terme "slap" est un acronyme anglophone signifiant une lésion dans l’axe antéropostérieur au niveau du labrum glénoïdien.

Le labrum est une substance cartilagineuse permettant d’augmenter le contact entre la tête de l’humérus et la cavité glénoïde de la scapula. Le diagnostic de ce type de lésion est confirmé via une imagerie par résonance magnétique. Selon l’emplacement de la lésion et son ampleur, le traitement peut être soit conservateur, soit chirurgical. Ce type de lésion apparaît, en général, de façon subite.

Au niveau de la symptomatologie, tous les mouvements augmentant la pression de la tête humérale sur la zone lésée du labrum feront réapparaître les douleurs. Il est aussi fréquent que le patient expérimente une sensation de blocage et qu’il ait l’impression que la douleur est une douleur profonde.



ENTORSE ACROMIO-CLAVICULAIRE

Une entorse acromio-claviculaire correspond à un étirement des ligaments faisant la jonction entre l’acromion et la clavicule.

La douleur se veut, en général, assez diffuse sur la portion avant de l’épaule.Les types d’atteintes possibles sont une élongation simple, une déchirure partielle et une déchirure complète. La douleur en cas d’entorse acromio-claviculaire est aggravée par les mouvements d’adduction de l’épaule. Par exemple, le fait de placer sa main sur l’épaule opposée viendra aggraver la douleur.

L’usage d’une modalité de thérapie comme l’ultrason fait par votre chiropraticien s’avère être un outil de choix dans le traitement de ce type d’atteinte.



OSTÉOLYSE DE LA PORTION DISTALE DE LA CLAVICULE

L'ostéolyse distale de la clavicule consiste à une résorption osseuse de la portion externe de la clavicule en raison d’une traction trop importante de la musculature. La douleur sera ressentie sur la portion externe de la clavicule et sera présente principalement lors de l’activité physique. Ce type de pathologie touche, en général, les hommes entre 15 et 40 ans qui se soumettent à un entraînement musculaire important. Le développé couché (bench press) avec un poids important est un des exercices les plus susceptibles de développer ce type de pathologie.

Malheureusement, la réhabilitation de ce type d’atteinte est longue et demande un arrêt de longue durée de l’entraînement musculaire. Des radiographies sont nécessaires afin de confirmer le diagnostic. N'hésitez pas à consulter votre chiropraticien.



TÉNOSYNOVITE BICIPITAL

Une ténosynovite consiste à une inflammation d’une gaine synoviale. Dans le cas d’une ténosynovite bicipitale, c’est la gaine synoviale qui recouvre le tendon du long chef du muscle biceps brachial. Cette gaine a pour fonction de favoriser un meilleur glissement du tendon, notamment lors de son passage dans la coulisse bicipitale, petit espace situé entre deux protubérances osseuses, les tubercules majeur et mineur de l’humérus.

En plus d’une douleur lors de la palpation directe, une douleur sera présente lors d’une contraction contre résistance du biceps brachial. 

Le LASER s'avère être efficace pour ce diagnostic. Notre équipe est bien équipée pour vous soulager.



BURSITE SOUS-ACROMIALE

Une bursite consiste à l’inflammation d’une bourse séreuse. Une bourse séreuse à un rôle de coussin afin de diminuer le frottement entre deux structures lors d’un mouvement.

Au niveau de l’épaule, les deux bourses les plus problématiques sont la bourse sous-acromiale ainsi que la bourse subdeltoïdienne. Lors d’une atteinte au niveau d’une bourse, la grande majorité des mouvements augmenteront la douleur.

Parlez-en à votre chiropraticien : il saura vous guider correctement.



RUPTURE DU BICEPS BRACHIAL ET RUPTURE DU GRAND PECTORAL

Une rupture du biceps correspond à une déchirure au niveau de l’insertion d’un des tendons du muscle au niveau d’un os. Ceci est plus fréquent dans la portion haute du muscle. Lorsqu’une rupture est présente, elle est facilement identifiable par un signe spécifique, le signe de Popeye.

En effet, lors d’une rupture, le muscle se déforme et prend une apparence de boule qui, visuellement, ressemble à un muscle très entraîné. Afin de corriger cette difformité, une chirurgie est nécessaire afin de rattacher le tendon déchiré à son ancien lieu d’attache.

Une rupture du grand pectoral est une condition assez rare. Elle survient principalement lors d’un entraînement excessif en terme de fréquence et de charge au niveau de ce grand muscle. Le développé couché est un des exercices les plus souvent impliqués. Tout comme lors d’une déchirure du biceps, il s’agit également d’une rupture au niveau d’un tendon. Une apparence de boule musculaire sera également présente.

Une immobilisation à l'aide de taping est couramment utilisée à la clinique pour vous aider avec cette pathologie.



INSTABILITÉ GLÉNOHUMÉRALE

L'instabilité glénohumérale est une condition très désagréable pour le patient qui en est atteint. En effet, cette condition est souvent le résultat de plusieurs traumatismes au niveau de l’épaule ayant affaibli la stabilité, déjà précaire, de cette articulation. La douleur est bien sûr possible, mais la sensation et l’appréhension que l’épaule «lâche» est souvent plus préoccupante pour le patient.

Il importe donc de venir compenser le manque de stabilité de l’articulation atteinte avec des exercices ciblés visant le renforcement des muscles stabilisateurs de l’épaule. 

Une immobilisation à l'aide de taping restrictif est couramment utilisée à la clinique pour vous aider avec cette pathologie. Différents choix de modèles sont possibles.