DOULEUR AU COU

Que ce soit suite à de nombreuses minutes coincées dans un bouchon de circulation, à une position de sommeil non-optimale ou encore aux nombreuses heures passées derrière un écran d’ordinateur, la vie quotidienne ne ménage pas le cou et les douleurs cervicales (cervicalgies) sont de plus en plus fréquentes.

Les douleurs au cou peuvent être de causes multiples. En effet, il peut s'agir d'un problème au niveau d'un tendon, d'une articulation, d'un muscle, d'un ligament ou d'un nerf.

Votre chiropraticien est apte à diagnostiquer et à traiter les problèmes au niveau des muscles, des tendons, des ligaments, des articulations, des os et des nerfs ! 

 

 

SYNDROME POSTURAL (SYNDROME CROISÉ SUPÉRIEUR)

L’incidence de cette condition est en pleine expansion depuis quelques années. En effet, le syndrome postural est le résultat de mauvaises postures prolongées combinées à un débalancement musculaire.

En effet, à force de se retrouver le cou et la tête penché vers l’avant, la musculature antérieure devient de moins en moins forte alors que la musculature située à l’arrière du cou est surtaxée ; devant compenser pour la musculature antérieure. Il s’en suit que les muscles posturaux tel les trapèzes supérieurs, les sous-occipitaux et les élévateurs de la scapula deviennent hypertoniques (contracturés) même en position de repos et provoquent des raideurs.

Au niveau postural, le patient typique développe progressivement au fil des mois une diminution de la courbure normale de la colonne cervicale (lordose cervicale) et une augmentation de la courbure thoracique (cyphose thoracique). La posture des épaules est également affectée puisque celles-ci se retrouvent orientées vers l’avant. Tous ces modifications finissent, avec le temps, à demander un effort supplémentaire non-désiré au niveau articulaire également. 

 

 

TROUBLE ASSOCIÉ A L'ENTORSE CERVICALE

Le terme trouble associé à l’entorse cervicale est habituellement utilisé suite à un accident d’automobile ayant causé un coup de fouet cervical (whiplash). Il existe une échelle de gradation variant de 1 à 4 pour décrire la gravité des symptômes du patient. Avec cette échelle de gradation, il est donc possible de classer les conditions variant de simples raideurs musculaires suite à l’accident jusqu’aux fractures et déficits neurologiques. Malheureusement, il n’est pas rare que les symptômes ne soit pas perçus dans les premiers jours suite à l’accident et qu’ils se développent au cours des premières semaines. Ainsi, il importe de se faire évaluer rapidement par un professionnel de la santé suite à un accident de la route et ce, même si la gravité de l’impact et la vitesse à laquelle celui-ci est arrivé ne semble pas inquiétante. 

 

 

IRRITATION FACETTAIRE CERVICALE

Une irritation facettaire cervicale est une des conditions les plus fréquentes au niveau du cou. Elle porte son nom du fait qu’elle correspond à une atteinte au niveau d’une articulation entre les facettes articulaires de deux vertèbres consécutives. Une inflammation locale au niveau de la capsule articulaire est présente. Ceci peut être le résultat d’un mouvement excessif ou encore du maintien prolongée d’une position cervicale favorisant l’approximation des deux facettes l’une contre l’autre. Ainsi, le fait de dormir sur le ventre avec la tête tournée à 90 degrés sur un côté peut en être un bon exemple.

En général, le patient ressentira une douleur lorsque sa tête sera en position d’extension (regard vers le plafond), en position de rotation vers le côté atteint et en position de flexion latérale vers le côté atteint (oreille dirigée vers l’épaule correspondante). De plus, la combinaison de ces trois mouvements exacerbera davantage la douleur.

Il s’agit d’une des conditions neuro-musculo-squelettique répondant le plus rapidement au traitement chiropratique lorsque le traitement est amorcé rapidement.

 

 

HERNIE DISCALE CERVICALE

Une hernie discale consiste à la protusion d’un disque intervertébral. Le disque agit un peu comme un coussin amortisseur entre 2 corps des vertèbres successifs. La composition du disque est un fibrocartilage composé d’un noyau pulpeux et d’un anneau fibreux. Le noyau a la capacité de se déformer selon les forces auxquelles il est soumis. L’anneau fibreux, lui, est plus rigide et délimite le disque intervertébral. 

 

 

DOULEUR AU COU : ARTHROSE CERVICALE

L’arthrose est un processus dégénératif qui devient inévitable avec l’âge avancé. Pour faire une comparaison simple, l’arthrose est un phénomène d’usure au niveau articulaire.

Il existe également un lien entre l’amplitude de mouvement articulaire et le degré d’arthrose. Ainsi, bien qu’une arthrose importante peut être absolument indolore, il est possible qu’elle limite grandement vos mouvements.

C’est le mouvement d’extension du cou ( le fait de regarder vers le plafond) qui est le premier mouvement atteint en général et c’est également ce mouvement qui risque d’être le plus affecté en terme de perte d’amplitude de mouvement. L’arthrose peut s’installer dans n’importe quelle articulation du corps humain.Ainsi, au niveau cervical, cela implique qu’il est possible de faire de l’arthrose à de multiples sites. L’arthrose porte un nom spécifique selon sa localisation. Ainsi, on parle, niveau des disques intervertébraux de spondylartrthrose alors au niveau des facettes articulaires, il s’agit d’arthrose facettaire ou zygapophysaire. Finalement, au niveau des processus unciformes, il s’agit d'uncarthrose.

 

 

RADICULITE CERVICALE

Une radiculite est une inflammation d’une racine nerveuse. De chaque côté de votre colonne vertébrale s’échappent des nerfs, les nerfs spinaux. Il existe 31 paires de nerfs spinaux, donc 31 paires de racines nerveuses. Une inflammation simple d’une racine nerveuse cause une douleur sur le territoire bien précis. La douleur est l’unique symptôme.

 

 

RADICULOPATHIE CERVICALE

Une radiculopathie cervicale correspond, comme une radiculite, à une atteinte d’une racine nerveuse. Cependant, l’atteinte est plus importante que dans une simple radiculite. En effet, cela implique une perte de force motrice, une diminution des réflexes ostéotendineux ainsi que des déficits neurologiques au niveau du tact fin et de la perception douloureuse dans le territoire correspondant à la racine nerveuse impliquée.

Le patient expérimentera une douleur en choc électrique ou un engourdissement sur une section bien précise du corps. Cette pathologie est souvent associée avec la présence d’une arthrose avancée ou d’une hernie discale. 

 

 

SYNDROME DU DEFILÉ THORACIQUE NEUROGÈNE 

Un syndrome du défilé thoracique est une condition d’origine cervicale mais causant des symptômes au niveau du membre supérieur( bras, avant-bras, poignet, main et doigt). Ce syndrome résulte d’une compression d’un plexus nerveux.